Avec l’arrivée du froid et des premières maladies, il est évident que vous commencez à vous poser quelques questions sur l’impact des maladies saisonnières sur l’allaitement. Restez zen, dans bon nombre de cas l’allaitement sera au contraire votre allié pour protéger bébé de vos microbes. Dans les cas les plus rares, votre médecin sera là pour vous épauler et prendre les meilleures décisions pour vous aider à guérir !

Bébé tombe malade, découvrez quelques conseils pour faire face aux difficultés qui peuvent apparaitre pour allaiter !


Maman malade, nos conseils

Bienfaits de l’allaitement face à la maladie

Vous êtes tombée malade pendant l’allaitement et vous avez peur pour bébé ? Pas de soucis, restez zen !

La maladie et la crainte de contaminer son enfant est souvent source d’inquiétude pour les mamans. Or allaiter lorsque vous êtes malade offre bon nombre d’avantage pour vous et pour votre bébé !

Grippe, angine, rhume, gastro-entérite ou même bronchite sont des maladies qui s’attrapent facilement et qui sont plutôt courantes. Pour ces pathologies, l’allaitement va permettre à bébé d’être protégé contre les microbes. Comment ? Votre organisme va tout simplement fabriquer des anticorps pour lutter contre les virus. Ces anticorps vont ensuite être transmis directement au bébé lors de l’allaitement, protégeant ainsi votre enfant avant même qu’il n’ait été exposé au virus !

Dans certains cas, il faut juste éviter la déshydratation qui pourrait entrainer une baisse de quantité de lait.

Grâce à l’allaitement, le corps de bébé récupèrera plus facilement et rapidement d’une maladie tout au long de sa vie !

Dans certains cas, votre état de fatigue ou de douleurs vous pousseront à arrêter d’allaiter. Il ne faut pas oublier que l’arrêt net de l’allaitement pourrait mettre bébé en situation de détresse car il perdrait alors ce repère acquis dès sa naissance ! De votre côté, continuer l’allaitement écartera les possibilités d’engorgement ou d’infection du sein, et, in fine, un inconfort supplémentaire.

 

Précaution à prendre pour continuer d’allaiter et ne pas contaminer bébé

Même si bébé est protégé de vos microbes via votre lait, il est quand même nécessaire de prendre des précautions jusqu’à la guérison. Respectez les règles d’hygiène élémentaires dès que vous touchez ou portez bébé : lavez-vous les mains régulièrement et réduisez vos contact salivaires avec lui. Pensez à tousser ou éternuez loin de bébé et dans un mouchoir de préférence.

Concernant votre état, pour permettre à votre corps de rester assez en forme pour allaiter, pensez à boire et à vous alimenter suffisamment et régulièrement. Le reste du temps, reposez-vous avec bébé et n’hésitez surtout pas à demander de l’aide si la situation devient difficile !

 

La prise de médicament : parlez-en d’abord à votre médecin

En cas de forte douleurs, l’idée de prendre des médicaments vous vient forcement à l’esprit. Pas de soucis, certains médicaments sont compatibles avec l’allaitement et votre médecin vous aidera à faire le bon choix.

Selon la situation de chacune, les médicaments compatibles peuvent varier, pour votre santé ne prenez donc aucun médicament sans l’avis de votre spécialiste !

Dans bon nombre de cas, le paracétamol ou les ibuprofènes sont compatibles avec l’allaitement, il faut seulement vérifier les dosages avec votre médecin. Il est important de ne pas vous auto-médiquer, surtout si vous n’êtes pas sûre des effets que telle ou telle molécule pourrait avoir sur votre organisme ou celui de votre enfant.

 

Dans quels cas faut-il arrêter l’allaitement ?

Malheureusement, dans certains cas, vous serez obligée d’arrêter d’allaiter. Avant de prendre une décision définitive, tournez-vous vers votre médecin !

Pour certains symptômes, l’allaitement devra être interrompu seulement pendant quelques jours.

La varicelle, le VIH, les chimiothérapies ou encore les infections urinaires sont des maladies dangereuses pour bébé, qui nécessite le plus souvent de ne pas poursuivre l’allaitement.

Si vous devez arrêter l’allaitement pour une hospitalisation ou pour un traitement long, il est possible de tirer votre lait au préalable et de le congeler pour nourrir bébé sur cette période. Si vous le pouvez, continuez à nourrir bébé à l’hôpital, même s’il peut arriver que cette décision soit difficile à faire accepter au personnel soignant. Après une opération et une anesthésie, vous pourrez reprendre l’allaitement !

 

Bébé malade, nos conseils

Peut-on allaiter bébé s’il est malade ?

La problématique allaitement/maladie peut aussi se poser dans le cas où bébé serait malade. Et la réponse serait la même que pour maman. Si votre enfant est malade, l’allaitement est même fortement recommandé car, comme évoqué plus haut, le lait maternel permet à bébé d’être mieux immunisé face aux microbes et lui permettra de récupérer plus facilement et rapidement. De plus, il ne sera pas déstabilisé par la perte de repère soudaine que constituerait une interruption brutale de l’allaitement.

La composition de votre lait contient des anticorps qui vont aider l’organisme de votre enfant à combattre l’infection et l’aider à guérir rapidement. De plus, votre lait va produire encore plus d’anticorps face à la maladie de votre bébé. Votre lait est son médicament !

Si bébé n’arrive pas à allaiter ?

Qui dit maladie chez bébé, dit fatigue et faiblesse. Dans certains cas, bébé n’aura pas d’énergie et/ou ne voudra pas téter. Pour éviter sa déshydratation, vous pouvez vous faire aider par une conseillère en lactation ou par un médecin compétent en allaitement pour obtenir les solutions les adaptées à la situation de bébé !